Les monuments

La fontaine Renaissance

Erigée sur la place de la République, cette fontaine est classée Monument Historique. Elle date de 1587 et marque l’arrivée de l’eau au sein du Castrum. Elle porte un blason sculpté représentant un tronc entouré de cinq feuilles d’olivier, sans doute le premier blason de la commune. Depuis 1665, le blason est un grenadier portant huit fruits d’or éclatés sur fond d’azur (dans la première représentation, il s’agirait plus probablement d’un châtaignier).

La pierre gravée du Castel

Découverte dans un mur du Castel en 1972, elle fut scellée dans l’entrée principale où elle se trouve aujourd’hui. Des gravures rudimentaires ont fait primitivement rattacher cette stèle aux pétroglyphes de la vallée des Merveilles et à l’âge de bronze. De nouvelles recherches n’ont pas permis de confirmer cette hypothèse. Pour l’instant, la stèle garde son mystère.

L’église Sainte-Marie-Madeleine

Il s’agit de l’église paroissiale de Contes. Elle fut construite en 1575 en partie sur l’emplacement de l’ancienne chapelle dont il ne reste que la petite porte à droite de l’entrée principale. L’église primitive fut l’objet de nombreux remaniements, particulièrement en 1666 avec la construction du choeur et l’intégration de la dernière tour du vieux rempart (XIIIème siècle) transformée en clocher. On y remarquera un retable de Sainte-Marie-Madeleine anonyme (vers 1550) que certains attribuent à Antoine Bréa, un retable de Canavesio daté de 1632, un bénitier daté de 1575.

L’architecture du vieux village

A l’occasion d’une promenade au sein du vieux village, vous découvrirez les traces architecturales du Castrum. Lou pourtal soutran, d’abord, dernier emplacement nettement identifié d’une des portes des remparts. Par cette porte vous accéderez aux ruelles typiques et pittoresques (rue du Fraou, Penchienatti, du Castel…). En déambulant dans ces rues médiévales vous remarquerez différents linteaux de pierre, bois ou fer forgé. Le plus ancien porte la date 1556 et certains sont ornés du monogramme du Christ. A partir du XIXème siècle, les rues du village prennent laspect carctéristique de la Provence méridionale : de grandes maisons étroites, aux couleurs vives et encadremnt de baies très travaillées. Vers la fin du XIXème, les propriétaires les plus aisés ornent leur demeure de frises décoratives réalisées par des artistes piémontais.

Le site des moulins

Le moulin à fer, dit « le martinet », du XIIIème et XIVème, est classé Monument Historique, et est l’un des rares exemples en France d’un outil du Moyen-Age encore en fonctionnement. Le martinet est un lourd marteau dont le manche pivote sur un axe d’oscillation grâce à la force motrice de l’eau. A l’étage se trouve une reconstitution d’une cuisine paysanne contoise (1900).

Le moulin à huile de la Laouza, inscrit à l’inventaire des Monuments Historiques, est toujours en activité. La fabrication de l’huile d’olive à l’ancienne se fait de décembre à mars. A l’étage, une salle rassemble tout ce qui se rapporte à la fabrication, à la conservation et à l’utilisation de l’huile d’olive (collection de jarres, mesures à olives, lampes à huile…).